Le gouvernement de la République dominicaine lance le SINI

La présidence de la République dominicaine, par le biais de la Commission nationale d’urgence (CNE), met en place le Système d’information national et intégré (SINI), une plateforme ICT de pointe qui héberge des informations sur des risques potentiels et des vulnérabilités pour promouvoir l’étude, l’analyse et les capacités de réponse rapide quand une éventuelle catastrophe menace le territoire.

La plateforme est gérée par des techniciens hautement qualifiés qui rassemblent et organisent l’information à analyser. Les serveurs sophistiqués du SINI peuvent conserver des donnees environnementales, géographiques, agricoles et cartographiques générées par les institutions qui participent à ce système. Des aéronefs, des drones et des systèmes GPS seront également utilisés pour réunir des informations précieuses des zones vulnérables pour analyser et gérer les risques potentiels.

Contexte:

Les institutions dominicaines se sont engagées à partager des informations essentielles qui permettent un meilleur support pour une meilleure prise de décisions dans la gestion des risques liés aux catastrophes et de l’aide humanitaire. Cependant, ces institutions affrontent des problèmes complexes de connectivité et se retrouvent dans le besoin d’un logiciel commun qui les aiderait à héberger et à diffuser de manière efficace des informations importantes concernant les risques éventuels et les vulnérabilités.

Dans cette optique, le gouvernement de la République dominicaine a créé le Système d’information national et intégré (SINI), une plateforme qui hébergera toutes les informations relatives à la gestion des risques liés aux catastrophes. La possibilité de chercher parmi les données pouvant être analysées par la suite aide à une prise de décision plus correcte de la part des autorités nationales.

Mise en œuvre :

Au total, 13 nœuds ou collecteurs de données ont été installés dans les institutions suivantes : le ministère de l’environnement, le ministère des ressources naturelles, le ministère de l’éducation, le ministère de la défense (par le biais de l’Institut cartographique militaire), l’Office nationale de la météorologie, le Centre national de sismologie et son Institut géographique, l’Institut national de ressources hydrauliques, l’Institut national des eaux potables et des égouts, l’Institut géographique national, l’Office national d’évaluation sismique et vulnérabilité des infrastructures et édifications, le Service géologique national et le Système unique de bénéficiaires. L’objectif est de créer un réseau d’informations scientifiques et techniques collectées par toutes ces agences et centralisées à travers le SINI.

Des techniciens qualifiés de chaque organisation enregistreront, catalogueront et fourniront les informations réunies et les données au SINI. Après, des membres de l’Équipe interinstitutionnelle d’information géospatiale (EIGEO) évalueront et analyseront les informations pour élaborer des modèles informatiques, des bases de données et des outils 3D qui pourront s’appliquer aux cartes déjà existantes pour voir des éventuelles zones d’intérêt, comme des zones d’alimentation, une intense activité sismique, des glissements de terrain et des incendies forestiers. Ces informations seront mises en corrélation avec les données de population, abris, écoles, hôpitaux et capacité des hôpitaux.

Caractéristiques du projet

Coût total du projet : 37 356 322,20 RD$
Entités en charge : présidence de la République dominicaine, l’Union européenne, AECID, Fonds national pour la prévention, l’atténuation et la réponse face aux catastrophes de la CNE, Digecoom, la Banque de développement des Caraïbes
Zone bénéficiaire : la République dominicaine
Financé par :
l’Union européenne à travers le Programme de gestion des risques liés aux catastrophes dans le CARIFORUM

Résultats attendus :

  • Renforcement des échanges d’information pour une prise de décision réfléchie en gestion des risques liés aux catastrophes
  • Une plateforme sophistiquée permettant de prises de décision en temps réel et dans différents cas en GRC.
  • Un système évolutif et ouvert qui permet l’intégration de nouveaux modules et qui utilise des logiciels gratuits.
  • Les informations générées par le SINI serviront essentiellement à renforcer les Systèmes d’alerte rapide et la capacité de réaction du Centre d’opérations d’urgence. À son tour, il s’agit d’un outil précieux dans la prise de décisions du Conseil national de prévention, atténuation et réponse face aux catastrophes, dirigé par le président de la République.
  • De plus, le SINI traitera les risques, les analyses et les données géospatiales et les programmes de gestion statistique, un répertoire de ressources et une bibliothèque virtuelle. Aussi, cet instrument prévoit l’utilisation de systèmes aériens sans pilote (drones) et de systèmes de localisation mondiale (GPS), gérés par une équipe sur le terrain qui assurent l’exactitude des informations fournies.

« Il est possible d’arriver à une réponse adéquate face à ces risques avec la coordination et l’intégration d’entités aussi bien publiques que privées engagées dans la prévention et l’atténuation de ces situations d’urgence ».

Général de brigade Rafael Antonio Carrasco Paulino E.R.D., président de la Commission nationale d’urgences et Directeur de protection civile.

Le gouvernement de la République dominicaine lance le SINI. Télécharger la version PDF