Système d’alerte précoce en cas d’inondation au bassin versant de Rio Cobre

Principaux défis

La position de la Jamaïque, sa géologie, sa topographie vallonnée, ses plaines côtières étroites et son réseau hydrographique dense contribuent à la vulnérabilité aux inondations. Compte tenu de la fréquence des crues soudaines, des efforts ont été menés pour promouvoir l’installation de systèmes communautaires d’alerte rapide (SAR) d’inondations afin de réduire les dégâts matériels et l’endommagement des moyens de subsistance dans les communautés les plus vulnérables. Des SAR communautaires actionnés manuellement ont été installés dans sept rivières et un SAR automatisé a été placé à Rio Cobre, dans la Paroisse de Sainte Catherine. Rio Cobre a la troisième unité de gestion de bassins versants la plus grande de la Jamaïque, ce qui recouvre une aire de drainage d’environ 646 kilomètres carrés. Néanmoins, le réseau de transmission de données et de suivi des inondations n’était pas opérationnel depuis 2015 dû aux coups de foudre.

Mise en œuvre :

Le projet a été conçu pour aider à améliorer le système d’alerte rapide d’inondations (SAR) pour le bassin versant de Rio Cobre. Pour cela, il se base sur l’envoi de notifications précoces et précises aux principaux groupes d’intervenants et aux résidants pour réduire la perte de vies et les dommages provoqués par les inondations.

La Banque de développement des Caraïbes a supervisé la gestion du projet, confiée à l’Autorité des ressources en eau en Jamaïque.

Les limnimètres et les stations d’évaluation du relief ont été actualisés et connectés à un serveur central pour une transmission de données en temps réel. Pour ce système amélioré, on a pu profiter de l’énergie solaire renouvelable pour continuer la transmission de données non-interrompue lors de phénomènes météorologiques extrêmes, permettant d’obtenir une information plus précise et pertinente.

Selon Peter Clarke, directeur général de l’Autorité des ressources en eau, « c’est justement cette pertinence qui sauve des vies »

Caractéristiques du projet

Année : 2017

Coût total du projet : 305 596 €

Organisme d’exécution : Autorité des ressources en eau en Jamaïque

Zone bénéficiaire : Paroisse de Sainte Catherine, Jamaïque

Coopération et assistance technique : Banque de développement des Caraïbes

Financé par : l’Union européenne à travers le Programme de gestion des risques liés aux catastrophes dans le CARIFORUM.

Système d’alerte précoce en cas d’inondation au bassin versant de Rio Cobre. Télécharger le document PDF

Renforcement des structures organisationnelles et fonctionnelles de la gestion des risques liées aux catastrophes en République dominicaine

Principaux défis

En raison de sa situation géographique, la République dominicaine est un pays très exposé à un grand nombre d’aléas d’origine naturelle ou de menaces causées par l’être humain. L’objectif du projet intitulé « Renforcement des structures organisationnelles et fonctionnelles de la gestion des risques liées aux catastrophes en République dominicaine » était d’aider à réduire la vulnérabilité et l’exposition à ces menaces.

Acteurs chargés de la mise en œuvre et responsabilités

Le projet a été coordonné par la Commission nationale d’urgence et la Direction générale de la coopération multilatérale, et a été financé par l’Union européenne. De même, il a été mené grâce à l’action coordonnée des leaders et des techniciens de plus de treize institutions faisant partie de la Commission nationale d’urgence.

Un projet global exécuté par le biais de plus de vingt actions différentes

Plus de vingt actions ont été menées pour obtenir les trois résultats espérés du projet. Afin d’aider à la promotion d’une culture de réduction des risques de catastrophe, un plan national de renforcement des capacités pour la gestion des risques liés aux catastrophes a été développé pour l’École nationale de gestion des risques, avec une stratégie de mise en œuvre de cinq ans. Grâce à ce projet, quarante pour cent de ce plan a été exécuté, ce qui se traduit par 30 cours de formation pour plus de 1000 acteurs concernés au niveau local et national.

Une partie du projet a porté sur la création et le lancement du Système d’information national et intégré (SINI), dont le but est d’organiser et d’exploiter les données concernant les menaces, les vulnérabilités et les risques afin d’évaluer la capacité de réponse des institutions chargées de la gestion des catastrophes.

Au niveau régional, une réunion régionale des Caraïbes a accueilli 170 participants issus de 15 pays pour échanger des expériences et encourager la coopération, la collaboration et les connexions régionales.

Dans le but de renforcer la résilience et la capacité locale de gestion des risques liés aux catastrophes au niveau municipal, et pour promouvoir le développement durable dans des zones vulnérables, une analyse des Comités de prévention, atténuation et réaction a été effectuée, et les lieux habités à haut risque ont été évalués et jugés prioritaires. Par ailleurs, sept réseaux communautaires ont été créés, formés et ratifiés : 3 à Santiago de los Caballeros, 2 à San Juan de la Maguana et 2 à San Felipe de Puerto Plata.

En collaboration avec l’École nationale de gestion des risques, l’Université autonome de Santo Domingo et l’Université caribéenne, plus de 121 évaluateurs ont été formés aux indicateurs de sécurité pour infrastructure essentielle. Ces évaluateurs ont mené à terme des évaluations pratiques de vulnérabilité, sécurité et niveaux de résilience.

Des équipes pluridisciplinaires simultanées composées de géologues, ingénieurs, administrateurs et techniciens des prestataires de services ont appliqué à 20 aqueducs majeurs un outil national novateur développé pour déterminer les indicateurs de sécurité pour les aqueducs.

De plus, en coopération avec l’Office national d’évaluation sismique et vulnérabilité des infrastructures et édifications, une méthodologie standard a été conçue et validée pour mesurer la vulnérabilité sismique d’infrastructure et d’édifications.

Résultats encourageants

Grâce aux différentes actions et résultats, le projet a contribué au renforcement, à la sensibilisation, au développement de capacités, à l’équipement et à l’autonomie des institutions et des acteurs concernés par la réduction des risques liés aux catastrophes. Cela rejoint la politique nationale du gouvernement de la République dominicaine, axée sur une sécurité du territoire avec une approche inclusive, transformatrice et durable, afin de poursuivre la construction d’une nation plus forte et résiliente.

Caractéristiques du projet

Année : 2014-2019

Organisme d’exécution : Commission nationale d’urgence

Zone bénéficiaire : République dominicaine

Financé par : l’Union européenne à travers le Programme de gestion des risques liés aux catastrophes dans le CARIFORUM.

Renforcement des structures organisationnelles et fonctionnelles. Téléchatger le document  PDF